[à Lire] 15 erreurs qui vous empêchent de perdre du ventre facilement

marieclaire

Malgré que vous vous êtes lancés dans un régime, avec toute votre bonne volonté, vous n’arrivez pas à éliminer la graisse autour de votre ventre. Peut-être à cause de nos mauvaises habitudes minceur, des petites erreurs insoupçonnées qui luttent d’avoir des bons chiffres sur la balance ?

Lorsqu’on attaque un régime, il y a plusieurs erreurs qu’on fait, par manque d’informations, par Fainéantisme ou par manque de motivation à long terme, à force d’essayer différents types de régimes, on finit par craquer, mais le mieux c’est de s’informer avant tout auprès des spécialistes, chaque silhouette à un régime qui lui convient, mais les erreurs commises sont communes.

Voici les 15 fréquentes erreurs:

Faire un régime

Le corps est frustré avec les régimes draconiens, on se prive de tout, donc le corps à tendance a stocké souvent de peur de ne pas avoir la quantité journalier de nutriments, notre corps s’adapte vite face au situations de détresses, s’il s’aperçoit qu’il n’a pas les mêmes calories journalières, par habitude bien sûr.

Il y a de fortes chances qu’il va stocker sous forme de graisse, c’est en se privant qu’on obtient l’effet inverse : quand on l’affame, il suit son automatisme, donc il se défend en stockant tout ce qu’on mange, afin d’assurer la quantité des nutriments. Automatiquement en cas de manque il tape dans la réserve.

Ne pas connaitre son patrimoine génétique

ECTOMORPHE MÉSOMORPHE ENDOMORPHE

Nous avons deux données qu’on oublie souvent, fixées par la “nature de chacun”, par notre patrimoine génétique, c’est lui qui détermine notre poids naturel et notre silhouette :

ECTOMORPHE – MÉSOMORPHE OU ENDOMORPHE ?

La morphologie :
La taille, la forme de notre corps, la carrure, la ossature, le fait d’avoir des hanches larges ou d’être filiforme, …

La morphologie en H ou rectangle
La morphologie en O ou ovale
La morphologie en V ou tringle inversé
La morphologie en A ou triangle
La morphologie en losange

Le métabolisme :
La façon dont notre corps consomme l’énergie qu’il absorbe en mangeant, en l’occurrence correspond aux calories éliminées pour digérer ce qu’on vient de manger.
Le métabolisme détermine le nombre de calories brûlé chaque jour. Avec l’age, plus on vieillit, plus le métabolisme ralentit sa cadence. Résultat : on prend vite des kilos, et on les perd difficilement.

Le manque de sport

“Maigrir c’est 70% dans l’assiette” la fameuse phrase.
Les 30% qui restent c’est au sport que ça se passe, dans la salle on brûle les calories.
Le muscle vous aide à perdre du gras, on brûle plus de calories on repos.

Du sport avec une alimentation équilibrée, est la clé pour éliminer le gras du ventre. Encore faut-il savoir laquelle pratiquer! Faire le bon choix en fonction de votre âge et de votre condition physique, il est indispensable d’associer deux modes de travail : le cardio et le renforcement musculaire.

Le premier “permet d’éliminer le gras”, le deuxième tonifie la zone musculaire souhaitée. Il n’est pas tolérable alors de négliger l’un ou l’autre!

Vous ne mangez pas les bons aliments

La grosse erreur est de penser qu’avec quelques assiettes de salade et un petit morceau de poulet, c’est une habitude qu’on croit qu’elle nous aide à maigrir, le corps s’adapte rapidement à vous habitudes alimentaires.

Le corps est carencé avec la même chose qu’on ingurgite, en mangeant varié chaque jour, en variant les nutriments, des fibres par exemple, selon une étude de janvier 2019 commandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), on n’en mangerait pas assez. Alors que, le fait de consommer des fibres, surtout celles dites solubles, aide à garder un poids idéal en baissant la vitesse d’absorption des graisses, et à baisser aussi l’hypertension ainsi que le cholestérol.

Des bénéfices observés dès lors que l’on en mange entre 25 et 30 grammes par jour, l’apport quotidien recommandé est de 30 grammes. N’oubliez pas les fibres insolubles, elles facilitent le transit intestinal.

Ne pas choisir la bonne activité physique

Il est conseillé de pratiquer minimum 150 minutes de sport par semaine, un temps pour le cardio et un temps pour le renforcement musculaire. Le vélo, la natation, la course à pied ou la marche rapide sont des sports travaillant le cardio. A noter que “la façon la plus efficace de brûler du gras est de pratiquer le fractionné“, c’est-à-dire l’alternance de “périodes courtes d’effort avec des périodes de faible intensité, il existe plusieurs types de fractionné, selon le niveau sportif.

Vous brûlerez 9 fois plus de gras en pratiquant 30 minutes en fractionné qu’en courant 1 heure à un rythme continu”, affirment les nutritionnistes. Côté renforcement musculaire, le gainage et le mountain climber restent les deux exemples d’exercices à privilégier.

Vous ne buvez pas assez d’eau

La plupart entre nous pensent que boire de l’eau n’a aucun effet pour maigrir, vous avez tort, négligé de l’eau au profit des boissons sucrées, sodas, jus et autres est une erreur.

Boire de l’eau vous aide à éliminer les toxines, ainsi primordiale pour le bon fonctionnement de notre métabolisme.
Les gens ne se rendent pas compte qu’ils ne boivent pas assez d’eau dans la journée, on élimine plus de gras quand on a moins de toxines dans l’organisme.

En plus, l’eaux ne fait pas grossir et ne favorise pas la rétention d’eau. On évite juste de trop boire pendant les repas, afin de ne pas remplir son estomac trop vite, après se sentir rassasié à tort pour éviter de grignoter.

Vous sautez le petit déjeuner

Le matin il faut manger bien et varié, vous devez choisir des bons aliments seins et naturels.

Le petit déjeuner est considéré comme le repas le plus important de la journée, c’est pour une simple et bonne raison; l’organisme à besoin d’énergie après une bonne nuit de sommeil, pour assurer un bon fonctionnement journalier. Or, sauter ce premier repas peut “provoquer fringales et coups de pompes ou l’hypoglycémie, c’est-à-dire un taux de sucre trop faible dans le sang, pour compenser le repas matinal, une consommation d’aliments très caloriques est certaine “, expliquent les nutritionnistes.

Vous stressez dans vos quotidien

Quand on se focalise sur maigrir, notre cerveau ne pense qu’à ça toute la journée, on a tendance à se regarder tous les jours dans le miroir, se peser plusieurs fois, en se demandant si on a perdu quelques grammes.

Arrêtez de regarder le miroir et la balance dans la douche, cette obsession vous frustre dans vos journée, donc une grosse quantité d’énergie est consommé par la pensé en boucle, or, le corps à besoin de cette énergie dissipée inutilement en stressant.

Les habitudes de manger au restaurant

Quand on sort au restaurant, on a l’habitude de ne pas se priver, surtout avec les amis ou la famille qui vous conseillez des plats typiques sur la carte, et on sait que la plupart sont des plats pleins de gras, traditionnels délicieux bien évidement, mais trop caloriques, donc le corps à tendance de stocker le surplus sur le ventre.

On a du mal à se contrôler au resto, car la majorité des cartes son pleines des plats et desserts alléchants, en revanche, ils sont trop caloriques.

N’hésitez pas à demander s’il y a un plat sain qui vous conviendrez, ainsi contiendrez des nutriments bénéfiques pour votre ligne.

Avec cette attitude vous n’êtes pas privé des sorties aux restaurants, et on même temps vous évacuerez le stress, donc vous deviendrez petit à petit la meilleure version de vous que vous imaginez.

Évitez du light

On principe ils ont changer le gras par des produits chimiques pour donner l’aspect que c’est léger.

Les médias vous comptent l’histoire d’une apparence physique parfaite. Le culte et la tendance minceur est poursuivi par la majorité. La plupart des gens prennent le parti de consommer light, si ce n’est pas 0% de gras, 0% de sucre… Pour se rendre compte, il suffit juste de penser aux processus industriels que doivent subir ces aliments pour devenir aussi maigres en calories. En effet, selon certaines études, la consommation intensive de ces produits transformés aurait plusieurs effets sur le métabolisme à long terme.

Changez vos recettes dont vous avez pris l’habitude des textures de grande mère, avec pleins de produits naturels et sains.

Supprimer toutes les graisses

Supprimer la graisse de vos plats, ne veut pas dire ” une perte de poids assurée “, si vous décidez absolument de supprimer toutes les graisses, ce n’est pas un choix efficace selon les nutritionnistes. Ce que vous ignorez peut être c’est que toutes les graisses ne sont pas mauvaises. Il existe deux types, la mauvaise et la bonne graisse, plus connue sous le nom de lipides.

Les mauvais lipides: Si vous regardez les ingrédients de chaque produit dans le commerce, vous allez trouver, les acides gras saturés parmi la liste, on les retrouve dans les graisses animales, l’huile de palme, coco. Puis dans les grandes industries, ce gras est ajouté dans les plats. Par conséquence, le gras saturé se digère difficilement et reste stocké dans notre corps.

Les risques sont : Cholestérol, risque d’accidents cardio-vasculaires, prise de poids…

Les bons lipides: Sont les oméga 3, 6, 9, on les retrouve dans les poissons gras (saumon, sardines, maquereaux…), le soja, les fruits secs, l’huile d’olive (acides gras monoinsaturés),… favorisent la fluidité du sang, réduisent les risques de maladies cardiovasculaires, diminuent le taux de cholestérol, aussi la régulation de la pression artérielle,…

Il faut savoir que le corps à besoin de bons lipides, 1 g de lipides représente 9 kcal, contre 4 kcal pour 1 g de glucides ou 1 g de protéines.

Ce sont des nutriments essentiels, notre corps ne sait pas les fabriquer (comme les protéines, et à l’inverse des glucides), ils participent dans de nombreuses fonctions au sein de notre organisme.

Un moyen de transport dans le sang pour les vitamines liposolubles (vitamines A, D, E et K).
Ils participent directement à l’élaboration de certaines de nos hormones sexuelles.

Pour conclure, les lipides sont très importantes pour notre organisme, ils protègent les organes, etc. C’est un peu compliqué de tout détailler dans un article, mais il suffit de distinguer les bonnes et les mauvaises graisses.

Manque de protéines dans l’alimentation

Les protéines sont essentielles dans la gestion de l’appétit, c’est-à-dire qu’un manque favorise l’envie de manger encore plus. L’apport en protéine va permettre à notre corps la sensation de satiété, le cycle est plus compliqué que ça n’en a l’air, c’est intéressant pour ceux qui veulent la perte de poids. Le nombre de protéines journalier selon son poids. Pour une femme de 6O kg: → 60 kg X 2= 120 gr de protéines/ jour.

Une étude était faite dans une prison aux Etats unis a montrée que :
Les prisonniers qui mangent que des glucides et peu de protéines (les pâtes…) ont vite faim. Par contre les prisonniers consommant des protéines de type animale ou végétale (œufs, viandes, grains de Chia, grains de Quinoa…) ont moins faim.

Protéines végétales

Donc, si vous suivez un régime basé sur des pâtes aux beurres, vous avez tendance à grignoter.
Enfin, les protéines aident le muscle à ne pas s’affaiblir pour créer de l’énergie pendant les séances d’entraînement.

On appelle l’énergie liée au muscles ATP (voir l’explication en bas de la page).

Les protéines sont considérés comme le carburant que la machine humaine à besoin pour réparer et reconstruire le muscle. Si vous ne consommez pas assez, vous constaterez une fatigue intense après chaque entraînement.

Ne pas connaitre notre système hormonal

Faire un régime pas tout le temps efficace, aussi tout dépend de chaque type de morphologie, selon des spécialistes comme le Dr Thierry Gibault, la sécrétion hormonale de la ghréline, responsable de la sensation de faim et la PYY, pour la coupe faim.

La mauvaise régulation de ces deux hormone pourrait être impliquée dans la prise de poids à long terme et la vitesse de reprendre des kilos après un régime.

La ghréline/Le Quotidien Du médecin

Avec un régime basé sur son profil hormonal, on peut perdre 2 à 8 kilos en un mois (ce régime doit être suivi 4 semaines), selon le Dr Pierre Nys, endocrinologue et nutritionniste. Les hormones ont une action sur les cellules graisseuses. Selon lui, il existe trois grands types de dérèglements, donc trois différents profils : insuline, leptine, stress.

L’insuline, permet au sucre de pénétrer dans les cellules et favorise le stockage des graisses.

La leptine, sécrétée par les cellules graisseuses, participe au contrôle du poids par le cerveau.

Le stress fait secréter des hormones qui favorisent le stockage.
(medisite.fr)

Boire de l’alcool, même à faible dose

Les dégâts de l’alcool sur le foi personne ne peut les niés, sur le poids la majorité des gens ne le savent pas. Alors qu’un gramme d’alcool équivaut à peu près sept calories, ils seront stockées directement dans le ventre : “Les calories apportées par l’alcool doivent être métabolisées par le foie, où elles sont transformées en triglycérides qui se stockent dans les adipocytes, cellules de stockage de la graisse”, explique le docteur Pierre Nys, endocrinologue et nutritionniste.

Sachant qu’un verre standard correspond à dix grammes, faites le calcul ! Par ailleurs, la consommation d’alcool stimule l’appétit et est ainsi propice au grignotage d’aliments gras, sucrés ou salés peu importe, favorise la prise de poids. La solution alors ?

La personne qui boit très régulièrement, l’apport en calorie dû à la consommation de l’alcool est au moins deux fois supérieur à celui dû au sucre.

Boire ou maigrir, il faut choisir.

Hépatologue au CHU de Bordeaux, le Pr Victor de Lédinghen est catégorique: «L’alcool est un facteur objectif de la prise de poids. Réduire sa consommation est la première mesure à prendre pour maigrir.

Voir l’exclure.

En couplant l’arrêt de l’alcool à une activité physique quotidienne, il est possible de perdre un tour de taille en quelques semaines. Selon (sante.lefigaro.fr)

Véronique Liesse, Magali Castro et Pierre Van Vlodorp, nutritionnistes et auteurs du livre “Les erreurs qui vous empêchent de maigrir”.

Continuer à fumer

Contrairement à ce que l’on peut penser, fumer ne serait pas associé à une certaine minceur : “On constate sur des populations tabagiques que pour un même poids, la répartition de la graisse est davantage au niveau du ventre”, explique le Dr Boris Hansel, médecin endocrinologue-diabétologue interviewé par Medisite. Pourquoi ?

Car la nicotine perturbe l’équilibre hormonal et ainsi la répartition des graisses, qui viendront se loger plus facilement au niveau de l’abdomen. De plus, les habitudes alimentaires des fumeurs seraient particulièrement mauvaises et riches en graisses, du fait de la perte de goût qu’entraîne le tabac.

Que faire alors ? Bien évidement : arrêter de fumer ! La fameuse phrase: ” Si j’arrête de fumer, je grossi “ l’arrêt du tabac en général, est associé à une prise de poids à cause d’un changement radical dans l’organisme, cet effet n’est que transitoire : en moyenne, la prise de poids diminue trois mois après le sevrage.

Conclusion

Remettre en question tous nos habitudes, les habitudes que notre cerveau est programmé de les faire son réfléchir, puisqu’il cherche le chemin le plus facile, donc un raccourci vers se qu’on a toujours eu, notre cerveau se sens bien.

Moins d’effort pour lui c’est moins d’énergie gaspillée, on ai conçu comme ça, s’économisé peu importe la situation.

NB:

Le métabolisme : qu’est-ce que c’est ?
Le métabolisme est un processus constant utilisé par le corps pour assurer le fonctionnement de tous ses organes. C’est l’ensemble des agencements de rôles et de mécanismes qui maintiennent l’organisme en vie : la fonction cardiaque, l’activité cérébrale, la respiration, la digestion, la température corporelle.


Acides gras monoinsaturés et polyinsaturés :
Il s’agit des acides gras monoinsaturés. L’huile d’olive ou de macadamia, Connus sous le nom : acide oléique (un type « d’oméga-9 »).

Ils sont généralement considérés comme bénéfiques pour la santé (en particulier l’huile d’olive). Vous devriez consommer ces graisses régulièrement, les effets bénéfiques reconnus sur la fonction cardiovasculaire.

Les gras polyinsaturés de type oméga-6, comme l’huile de soya, de maïs ou de tournesol.

Cycle ATP ou adénosine triphosphate
Une cellule doit trouver l’énergie nécessaire à son fonctionnement : celle-ci est principalement obtenue par dégradation de molécules organiques, c’est le catabolisme. Elle doit également fabriquer les molécules de base (glucides, lipides et protides) : ce sont les réactions d’anabolisme. L’ensemble constitue le métabolisme cellulaire.

Les réactions de dégradation sont dites exoénergétiques car elles libèrent de l’énergie et les réactions de synthèse sont dites endoénergétiques car elles en consomment : l’énergie des premières réactions permet la réalisation des réactions de synthèse. Ceci n’est possible que si un intermédiaire est capable d’emmagasiner cette énergie et de la restituer selon les besoins : les molécules d’ATP jouent ce rôle d’intermédiaire.

L’ATP est donc une molécule indispensable à la vie de la cellule car sans un apport régulier d’ATP les cellules meurent.

La molécule d’adénosine triphosphate ou ATP est composée d’adénine, d’un sucre et de trois groupements phosphate.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here