bienfaits-des-fruits-et-legumes-en-regime-pour-maigrir

En 2017 le mot « flexitarisme » en anglais « flexitarism », a intégré les dictionnaires Robert et Larousse. Une pratique alimentaire pas tout à fait un régime au sens propre, mais un mode de vie. Née aux États-Unis, était défendue par des individus activent sur les réseaux sociaux et les plateaux télévisés, qui pensent limiter leur consommation de viande, sans être exclusivement végétariens.

science-et-regime-flexitarien-ou-semi-vegetarien

Un régime flexitarien définition ou Semi-Végétarien

Cette définition est la plus proche de celle du semi-ou demi-végétarisme. Par la suite, les termes sont souvent utilisés de façon interchangeable dans la littérature. Par exemple, dans une publication, les régimes semi-végétariens (RSV) sont définis comme ceux qui réduisent considérablement l’apport de viande au moins 3 jours par semaine dans leurs recettes.

Semi-Vegetarian Diet (SVD) en anglais, ce phénomène prend toujours de l’ampleur, avec des citations en progression de 210 % en 2017. Par ailleurs, le flexitarisme est généralement associé à la consommation de la viande et la santé.

Types de catégories des consommateurs

La plupart des consommateurs peuvent être regroupés en trois catégories, des consommateurs de viande, qui préfèrent une source de protéine animale, des consommateurs qui évitent la viande, qui préfèrent une source de protéine végétale ou qui réduisent la consommation de viande, et les consommateurs qui préfèrent une source de protéine végétale et animale.

Le régimes flexitarien (RF) semble reconnaître le fait que la viande est une source importante de protéines, de graisses et de micronutriments, mais prend également en compte les aspects éthiques, tels que la nécessité d’éviter l’intensification et d’améliorer le bien-être animal.

Etudes scientifiques sur le flexitarisme

etudes-scientifiques-sur-le-regime-flexitarien

Selon Emma J. Derbyshire* sur la revue frontiers in Nutrrition

Nutritional Insight Ltd., Surrey, UK

Ces derniers temps, il semble y avoir un mouvement croissant vers cette tendance de régime. Il n’y a pas eu de mise à jour récente de ces régimes du point de vue de la santé.

À l’aide de la base de données PubMed (PubMed est un service de la United States National Library of Medicine) du National Center for Biotechnology Information, une recherche a été effectuée pour toutes les études publiées entre 2000 et 2016 qui répondaient à des critères d’inclusion définis.

Au total, 25 études ont été sélectionnées, dont 12 portants sur le poids corporel et la qualité de l’alimentation. De nouvelles preuves suggèrent des avantages pour le poids du corps, une amélioration des marqueurs de la santé métabolique, de la pression artérielle et une réduction du risque de diabète de type 2.

Le régime flexitarien et le traitement des maladies

Le régime flexitarien ou SVD en anglais, peut également avoir un rôle à jouer dans le traitement des maladies inflammatoires de l’intestin, telles que la maladie de Crohn. Étant donné qu’il y a une tendance plus élevée pour les femmes à être flexitariennes, mais que les hommes sont plus susceptibles de surconsommer de la viande, il est clairement nécessaire de communiquer les avantages potentiels de ces régimes pour la santé des hommes.

Malgré la demande colossale mondiale de viande, il semble qu’il existe désormais une augmentation des flexitariens et flexitarienne, qui s’abstiennent de manger régulièrement de la viande.

Il faut savoir que les protéines n’existent pas que dans les viandes, également on les trouve sur des sources végétales, comme le pois chiches, lentilles, haricots, quinoa, graines de chia ect.

Le régimes flexitarien : la cause de la tendance

La tendance vers les régimes flexitariens, certains mangent de la viande pendant les repas, mais pas tous les jours de la semaine, comme avec les « mangeurs de viande » typiques.

Il considère également que la consommation à long terme de quantités importantes de viande rouge et en particulier de viande transformée peut augmenter le risque de mortalité, de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2 et de certaines formes de cancer comme le cancer du côlon.

Aussi, pour une raison environnementale, vu que l’élevage intensif des animaux produisant de la viande a un impact sur le taux de CO2 émis sur la planète, notamment les gaz à effet de serre.

Selon le (FAO, 2014 et 2018) l’élevage a émis un total estimé entre 7,1 et 8,1 milliards de tonnes équivalent CO2 en 2010.

L’impact représente 14,5 % à 16,5 % des 49 milliards de tonnes équivalent CO2 émises par l’ensemble des activités humaines en 2014. L’Accord de Paris, d’ailleurs, le premier accord universel sur le climat, prévoit d’ici 2050 une réduction obligatoire de ces émissions globales de 38 milliards de tonnes équivalent CO2, afin de limiter la hausse de la température à 1,5 °C.

La catégorie des flexitariens

Une étude de l’enquête britannique NatCen sur les attitudes sociales a révélé que 29% des Britanniques ont réduit la quantité de viande qu’ils ont consommée au cours des 12 derniers mois.

La définition incluait des réductions de toutes les viandes à l’exception du poisson. En particulier, les femmes (34%) étaient les plus susceptibles de réduire leur consommation de viande.

De même, 39% des 65 à 79 ans avaient réduit leur consommation de viande rouge par rapport à 19% des 18 à 24 ans. Le rapport a également montré que les hommes (23%) se déplaçaient et réduisaient leur consommation de viande. Plus de la moitié (58%) ont cité des raisons de santé ainsi que des économies d’argent, des préoccupations concernant le bien-être animal et la sécurité alimentaire.

Le but de cet article était de passer en revue les preuves concernant les RF / SVD et la santé, en utilisant des critères d’inclusion définis. Alors que certains documents de discussion ont été publiés sur le végétarisme, les régimes pauvres en viande et la santé, aucune publication scientifique ne s’est concentrée sur la tendance actuelle du flexitarisme.

Source : frontiersin.org

Les méthodes scientifiques utilisées

Le Centre national d’information sur la biotechnologie (NCBI) (PubMed) a été utilisé pour extraire les articles pertinents en anglais publiés entre janvier 2000 et juin 2016. Les fichiers de données ont été extraits du dépôt de collection du NCBI et importés dans le logiciel Covidence utilisé pour créer des revues systématiques.

Comme flexitarien est un terme relativement nouveau, les termes de recherche «flexitarien», «semi-végétarien» et «demi-végétarien» ont été combinés avec «tension artérielle», «poids corporel», «cancer», «diabète», «régime alimentaire». « qualité »,« santé »,« maladie cardiaque »,« santé métabolique »et« apport / état nutritionnel »pour filtrer les publications.

Les données extraites de chaque article comprenaient le pays de recherche, les sujets (nombre de participants, sexe, âge), la conception, les méthodes, les définitions utilisées et les résultats / constatations de l’étude.

Pour l’inclusion, les études devaient définir clairement les termes de chaque régimes, flexitariens, semi-végétariens ou demi-végétariens utilisés. Les résultats et les conclusions des données devaient être également rapportés et analysés séparément des autres formes de régimes alimentaires.

Des essais contrôlés randomisés (ECR) et des études observationnelles ont été inclus. Une étude pilote, ou axés uniquement sur les régimes végétaliens ou le végétarisme.

Résultats

La recherche NCBI a identifié plusieurs sujets de recherches qui aboutissent aux résultats suivants sur la santé :

Poids

Six études parmi d’autres se sont concentrées sur les RF/SVD (régimes semi-végétariens ou les régime flexitariens) et le poids corporel, IMC tableau. Deux ECR ont examiné les effets de différents régimes à base de plantes sur la perte de poids.

Dans une étude, les auteurs ont entrepris un ECR de 6 mois, au cours duquel des adultes en surpoids ont été affectés à cinq régimes alimentaires différents à base de plantes. Les régimes végétaliens étaient associés à des niveaux de perte de poids significativement plus élevés à la fin de l’étude.

Une étude coréenne a rapporté que les femmes ménopausées qui maintiennent un régime flexitarien RF/ SVD sur 20 ans avaient un poids corporel, un indice de masse corporelle (IMC) et un pourcentage de graisse corporelle significativement inférieurs par rapport aux non-végétariens (NV).

Les données transversales de 71 751 participants à l’Adventist Health Study-2 (2002-2007) ont montré que l’IMC était le plus élevé dans les non-végétariens (NV) d’une moyenne de 28,7 kg / m2, légèrement inférieur dans les Semi-végétariens d’une moyenne de 27,4 kg / m2 et le plus faible chez les végétariens stricts d’une moyenne de 24,0 kg / m2.

Ces résultats sont similaires aux tendances antérieures de l’analyse de (2002-2006) montrant que l’IMC moyen était le plus bas chez les végétaliens d’une moyenne de : 23,6 kg / m2

La plus en plus élevé chez les lacto-ovo végétariens (LOV) : 25,7 kg / m2,

Les pesco-végétariens (PV) : 26,3 kg / m2,

Semi-végétariens SV : 27,3 kg / m2,

Les non-végétariens NV :28,8 kg / m2,

Des recherches transversales sur 9 113 jeunes femmes australiennes (22-27 ans) ont identifié que les SV avaient un IMC inférieur et avaient tendance à faire plus d’exercice que les NV.

Cancer

Quatre études ont répondu aux critères d’inclusion. Une étude a examiné le lien entre le régime végétarien et le risque de cancer du sein, en utilisant les données de 96 001 adultes participant à la prospective Adventist Health Study-2 (2002-2007). Les résultats ont montré que les végétaliens présentaient un risque significativement plus faible de cancer du sein que les végétariens et les non-végétariens NV.

En ce qui concerne le risque de cancer de la prostate, les données utilisées de 26 346 hommes participant à l’Adventist Health Study-2 ont révélé que seuls les régimes végétaliens étaient associés à une réduction du risque de cancer de la prostate.

De même, une analyse antérieure de cette étude a montré que les régimes végétaliens avaient une protection statistiquement significative contre l’incidence globale du cancer (rapport de risque = 0,84; intervalle de confiance à 95%: 0,72, 0,99).

D’autres travaux utilisant des données de la même étude nord-américaine ont découvert que les PV présentaient le plus faible risque de cancer colorectal, suivis des LOV, des végétaliens et des SV par rapport aux NV.

Récemment, le Centre international de recherche sur le cancer a classé la viande rouge comme probablement cancérogène et la viande transformée cancérigène pour l’homme.

Diabète et syndrome métabolique

Six études ont été trouvées sur les RF/SVD en relation avec les marqueurs de la santé métabolique ou le risque de diabète. Dans une étude, les auteurs ont observé que les femmes ménopausées suivant une RF/SVD depuis plus de 20 ans avaient des taux de glucose, d’insuline et de modèle homéostatique de l’insulinorésistance significativement inférieurs par rapport aux témoins NV.

Une autre recherche utilisant des données de la troisième enquête nationale sur la santé de la famille en Inde 2005-2006 nombre des participants = 156 317 d’adultes âgés de 20 à 49 ans a révélé que la consommation de lacto-, lacto-ovo- et SVD était associée à une probabilité réduite de diabète par rapport à avec les régimes NV, après ajustement des données (14). De même, la recherche de l’Adventist Health Study-2 a révélé que les cas de diabète développé étaient les plus faibles chez les végétaliens (0,54%), suivis des VS (0,92%), des LOV (1,1%) et des PV (1,3%) contre 2,1% en NV (16).

De plus, les données transversales de l’Adventist Health Study-2 nombre des participants = 773 ont montré que la prévalence du syndrome métabolique était :

  • La plus élevée dans les NV non-végétariens (39,7%)
  • Intermédiaire dans les SV semi-végétariens (37,6%)
  • La plus faible chez les végétariens (25,2%)

Les données pour les végétaliens n’ont pas été rapportées. Les résultats de la même étude ont également mis en évidence que la prévalence du diabète était de :

  • 2,9% chez les végétaliens
  • 4,8% dans les SV semi-végétariens
  • 7,6% dans les NV non-végétariens

En ce qui concerne la pression artérielle, des recherches portant sur 26 femmes ménopausées de couvents ont montré que les omnivores avaient des pressions systoliques et diastoliques significativement plus élevées que les SV.

Qualité du régime

Six études ont porté sur la qualité alimentaire, les apports nutritionnels et / ou l’état. Dans un essai randomisé, des adultes en surpoids et obèses ont été affectés à différents régimes alimentaires à base de plantes.

Les participants sous régimes végétalien et végétarien avaient considérablement amélioré les profils de macronutriments et les scores de l’indice inflammatoire du régime (IIR) (un outil pour évaluer le potentiel inflammatoire d’un régime).

Les groupes végétalien, végétarien et PV ont tous connu une amélioration significative du score RII à 2 mois mais pas à 6 mois.

D’autres études étaient principalement de nature observationnelle, qui utilise des outils de collecte de données. Par exemple, l’enquête belge sur Internet, sur la consommation alimentaire ; un échantillon pratique de sujets a montré que les régimes végétaliens avaient la plus faible énergie totale et la plus forte consommation de fibres par rapport aux omnivores.

Parallèlement, les résultats de 96335 adultes de l’Adventist Health Study-2 ont montré que la nutrition des SV semi-végétariens avaient les apports caloriques les plus faibles (1713 kcal / jour) mais à part cela, il y avait peu de différences alimentaires.

D’autres recherches axées sur le profil oméga-3 des régimes alimentaires ont montré que les régimes végétaliens et végétariens entraînaient des réductions des niveaux d’acide eicosapentaénoïque et d’acide docosahexaénoïque par rapport aux semi-omnivores.

Résultats de santé supplémentaires

Une étude a observé que les régimes flexitariens aidaient à prévenir la baisse des symptômes chez les patients atteints d’une maladie inflammatoire de l’intestin.

Des recherches supplémentaires menées par la même équipe ont conclu que jusqu’à 32,4 g de fibres alimentaires, délivrées via un RSV régime flexitarien, pouvaient être administrées aux patients atteints de MII, indiquant que celles-ci pouvaient être utilisées comme traitement de soutien pour les patients atteints de la maladie de Crohn.

Faits et chiffres : prévalence

Les dernières données de l’OMS indiquent qu’en 2005, environ 1,6 milliard d’adultes de 15 ans et plus souffraient d’embonpoint ; au moins 400 millions d’adultes étaient obèses L’OMS prévoit en outre qu’en 2015, environ 2,3 milliards d’adultes seront en surpoids et plus de 700 millions seront obèses.

La prévalence de l’obésité au niveau mondial a presque triplé entre 1975 et 2016.

Autrefois considéré comme un problème uniquement dans les pays à revenu élevé, l’embonpoint et l’obésité sont désormais en augmentation spectaculaire dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, en particulier dans les zones urbaines

Conclusion

La tendance au flexitarisme ne semble pas s’atténuer. Cette revue fournit une première preuve que les FD peuvent avoir de nouveaux avantages pour la santé en ce qui concerne la perte de poids, la santé métabolique et la prévention du diabète. Bien que la plupart des flexitariens semblent actuellement être des femmes, il est clair qu’il est nécessaire de communiquer les avantages potentiels de ces régimes pour la santé des hommes.

Comme tout le monde et en particulier les hommes ne voudront peut-être pas exclure complètement la viande, les FD offrent une voie qui inclut leurs préférences alimentaires tout en améliorant les résultats de santé publique.

D’autres travaux impliquant 73308 adultes de l’étude Adventist du septième jour-2 ont démontré que les régimes végétariens, y compris les SVD, étaient associés à une mortalité toutes causes plus faible, les résultats semblant plus robustes chez les hommes

Le grand journal Le Guardian au niveau environnement estime que les problèmes liés à la crise climatique sont systémiques, ainsi qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire.

Sources : frontiersin.org Le Guardian ncbi.nlm.nih.gov

Ads_in_articles1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here