Intelligence-artificielle-ia-economie

L’Intelligence Artificielle apparait comme un nouveau facteur de production, qui peut générer de nouvelles sources de croissance de l’économie mondiale, changer notre façon de travailler et renforcer le rôle des salariés dans la croissance de leur entreprise.

Intelligence artificielle IA fait croitre l’économie ?

Source: accenture

Les études des cabinets spécialisés révèlent que d’ici 2035 l’IA pourrait multiplier par deux la croissance de l’économie mondiale, 12 pays concernés dont la France, par la modification la nature du travail, ainsi explorer une nouvelle relation entre l’homme et la machine.

Certains craignent que le monde de travail soit dévoré par l’IA, d’autres voient une opportunité pour croitre l’économie de leur pays.

Soit on suit le mouvement de développement et l’intégration de nouvelles technologies dans les processus industriels ou autres secteurs, soit on est largué à des années de recherches et développement, choisir l’IA est un choix stratégique de la croissance de son économie.

Les promesses économiques citées, montrent l’impact des technologies basées sur l’intelligence artificielle, qui devrait augmenter l’efficacité du travail d’environ 40 % dans certains pays (20% en France), en modifiant la façon dont les tâches sont effectuées (automatisation) et en permettant aux salariés de travailler plus efficacement.

L’impact des technologies de l’IA sur les entreprises devrait augmenter la productivité du travail et permettre aux gens d’utiliser leur temps de manière plus efficace.

Le Premier Ministre Édouard Philippe a confié une Mission parlementaire du 8 septembre 2017 au 8 mars 2018, le but était de donner un sens à l’intelligence artificielle pour une stratégie nationale et européenne, une intelligence artificielle pour la santé, environnement, transports-mobilités et défense-sécurité.

Les gains de productivité proviendront de l’automatisation des processus (avec des robots, par exemple), et de l’amélioration de la main-d’œuvre existante grâce aux technologies d’IA. La demande considérable des consommateurs pour des produits et des services plus personnalisés et de meilleure qualité, grâce à l’IA, entraînera l’autre partie des gains.

Le monde n’est pas prêt pour l’IA qui va bouleverser l’économie mondiale

L’intelligence artificielle (IA) est une technologie d’usage général qui change rapidement le modèle de l’activité économique et le comportement humain.

L’IA moderne en est encore à ses débuts (bien que le terme de son évolution et les versions antérieures remontent aux années 1950). Plusieurs estimations suggèrent que l’IA pourrait créer des trillions ou des dizaines de trillions de dollars de richesse, ce qui représente exactement un potentiel de 15 700 milliards de dollars : 6,6 billions de dollars de ce montant devraient provenir d’une augmentation de la productivité et 9,1 billions de dollars des effets de la consommation, selon l’étude mondiale sur l’intelligence artificielle de PwC d’ici 2030.

Il est plus complexe de cadrer cette notion d’éthique, un jugement éthique, un commerce éthique, n’a pas toujours la même définition de chacun de nous, l’éthique des affaires prend le dessus, la moralité de chacun est une chose, la conscience professionnelle est une autre, s’il y a des millions de dollars en jeux les gens changent d’avis facilement.

Dans l’IA comme dans d’autres technologies, ce n’est pas vraiment une économie mondiale, mais un ensemble d’économies nationales partiellement liées entre elles, qui participent sur une sphère mondiale.

Ignorer l’IA au 21ème siècle c’est comme laisser de l’argent sur la table, ce n’est pas une décision arbitraire, surtout quand on la connaissance nécessaire et on réalise un chiffre d’affaire colossal, mise à part si on possède une autre technologie qui dépasse de loin l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle (IA) est un nouveau levier de production. Pourtant, les chiffres ne disent pas toute la vérité, le potentiel de mettre en œuvre de nouvelles sources de croissance, en changeant la façon d’effectuer le travail et en consolidant le rôle des personnes pour stimuler la croissance des entreprises.

Pour une stratégie efficace au développement de l’IA

Une Intelligence artificielle IA d’usages qui contribuent à améliorer les facteurs économiques sur plusieurs secteurs ainsi que le bien commun.

Tout d’abord, il faudra réussir à attirer des scientifiques, soit par encourager les financements pour les recherches scientifiques ou par créer des associations de scientifiques ainsi un public qui s’intéresse aux nouvelles technologies peut y participer, montrant les avantages de l’intelligence artificielle sur l’économie.

Ces instituts devront acquérir un environnement de travail amplement attractif afin de résister à la compétitive écrasante des géants du digital, le fait d’intégrer l’IA ajoute un complément de salaire conséquents, aides pour l’amélioration de la qualité de vie.

Selon Harry Shum La révolution de l’intelligence artificielle est possible par “une combinaison de 3 facteurs” :

  • Une vaste quantité de data (données)
  • Une puissance informatique extraordinaire, notamment grâce au cloud (stockage de données par internet)
  • Des algorithmes révolutionnaires, basés sur le deep-learning (l’apprentissage approfondi).

L’intelligence artificielle est utilisée par plusieurs entreprises afin de devenir plus productives, plus efficaces, plus innovantes

Le développement de l’IA se fait dans un contexte technologique marqué par la « mise en données » du monde base de données, comme les Clouds, Warehouse ou entrepôts en français, services de streaming, médias sociaux et autres terminaux mobiles.

Il y a des logiciels d’analyse et de traitement des données comme les solutions SAS BI business intelligent, Oracle BI, qui favorise un gain de temps précieux, les systèmes de stockage massif de base de données pensé et conçu pour les requêtes et les analyses de données, ainsi l’aide à la prise de décision et les activités de type Business Intelligence, davantage qui touche l’ensemble des domaines et des secteurs : la robotique, la blockchain, le super calcul.

Intelligence artificielle et le marketing digital

Actuellement l’intelligence artificielle est plus qu’une technologie de rupture, c’est un ensemble de techniques et de théories traduites par des programmes informatiques complexes et avancés capables d’imiter, d’agir, de simuler certaines capacités de l’intelligence humaine.

La machine learning, deep learning, computer vision, natural language processing…sont des types de technologies réalisés qui font partis de notre vies quotidiennes, cette dépendance en quelque sorte a rendue visible l’impact économique sur tous les secteurs, en conséquence l’économie ne va faire que croître.

Les géants américains du DIGITALS comme Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft, appelés aussi GAFAM, ainsi IBM et autres gurus, ont un grand pas en avance, voire ont déjà captés ce marché très prometteur, qui s’estime à 11 milliards de dollars en 2024… Sans parler des start-ups qui fleurissent sur ce tous les jours…

Dernièrement Google a lancer sa plateforme Google STADIA utilisant des technologies innovantes dont l’IA.

Ces vastes applications potentielles de cette technologie, comme Snapchat, WhatsApp, Instagram, TikTok, FaceBook…rapportent des milliards de dollars, ces chiffres semblent plausibles. Mais comme pour la plupart des innovations technologiques, les avantages et les risques de l’IA ne sont pas répartis de manière égale dans le monde, cela dû à plusieurs facteurs, la façon d’utilisation, la philosophie de conception à la base ; car dans un programme information-algorithme, on peut coder ce qu’on veut, la manière d’éviter les risques, physiques, cognitifs ou autres d’une technologie c’est l’éthique humaine et professionnelle.

L’intelligence artificielle est-ce un espoir pour l’économie

source : PwC

L’intelligence artificielle est entrée, depuis quelques années, dans une ère nouvelle, promettant de nombreux espoirs à plusieurs pays pour développer son économie, reste une parmi les connaissances à acquérir pour être un leader, l’économie de la connaissance comme Idriss Aberkane l’appelle, mais il a un pont de vu catégorique sur L’IA qui prend des décision très importante, surtout au niveau militaire. Certes il y a beaucoup de zones d’ombres dans cette théorie, mais de différents exemples des grands groupes ont tirés profit, la différence reste dans l’utilisation de l’IA et son danger sur quelques secteurs, comme l’exemple des armes contrôlés par des algorithmes décisionnels de l’IA.

C’est en particulier dû aux méthodes de l’apprentissage automatique ( machine learning ), apprentissage multi-tâches ou d’autres méthodes d’apprentissage. Cette croissance économique est rendue possibles par des nouveaux algorithmes de l’IA, par la collecte et le traitement de données, par l’amélioration de la puissance des calculs grâce aux modèles mathématiques. Les applications de l’intelligence artificielle se multiplient à grande vitesse : traduction, voiture autonome, détection de cancer…

Les entreprises aujourd’hui ont un massif stockage de données, représente pour elles un avantage majeur. Cependant, elles doivent trouver une meilleure façon de les trier, une meilleure analyse de ces big data bien structurer, permet de gagner un temps précieux dans les tests, ainsi d’alimenter les algorithmes intelligents, reste à trouver un processus à leur intégration.

Celui qui collecte et traite rapidement les données, aussi a conçu un algorithme intelligent, maitrise l’IA, sera capable de supporter la pression de la concurrence, en conséquence, il aura en main les leviers permettant de croitre son économie grâce à l’intelligence artificielle.

Depuis quelques années, ces représentations sont largement investies par ceux qui la développent et participent à en forger les contours. Le cœur politique et économique de l’intelligence artificielle bat toujours dans la Silicon Valley, qui fait encore office de modèle pour tout ce que l’Europe compte d’innovateurs.

D’après le rapport de PwC, l’influence de l’intelligence artificielle sur l’économie se concrétise par les gains résultant de l’amélioration de la productivité à court terme, lorsque les entreprises commenceront à automatiser les tâches de routine.

Le secteur de la santé, l’automobile et les services financiers sont les secteurs qui présentent le plus grand potentiel de perturbation/amélioration de l’IA.

L’industrie manufacturière et les transports connaîtront probablement les plus grands profits, car leurs processus sont les plus susceptibles d’être automatisés.

Sources: Forbes, Accenture, PwC, LeMonde, Consulting US

Ads_in_articles1

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here